Contact

Comment réussir la préparation des jeunes lapines ?

Dans un élevage de lapins, les jeunes lapines vont constituer le cheptel des reproductrices en maternité. Il s'agit donc d'une phase déterminante de l’élevage. Leur préparation exige une stratégie qui doit être bien réfléchie en amont, entre l’éleveur, son fabricant d’aliment et son fournisseur de génétique. Elle doit assurer à ces femelles une croissance homogène tout en évitant un engraissement excessif, accroître leur capacité d’ingestion future. L’objectif final étant d’optimiser leur longévité et leurs performances de production.

 

Pourquoi prêter une attention particulière aux jeunes lapines ?

La préparation des jeunes lapines est un élément primordial pour maximiser le futur potentiel de production de l’élevage et ménager la longévité de carrière des lapines. La structure de l’élevage, comme par exemple les bâtiments en système tout vide - tout plein, ne permet pas toujours d’élever ces femelles non productrices dans des conditions optimales. Elles sont en effet souvent élevées en maternité ou en engraissement et suivent donc la conduite qui y est en place. Ces jeunes lapines sont pourtant la clé de voûte de l’élevage et de sa rentabilité. La préparation va en effet fortement impacter leur état corporel et leurs performances de reproduction en maternité. Au cours de cette période, les femelles ne sont pas productrices mais leur alimentation va déterminer en partie leurs futures performances de reproduction. Une mauvaise préparation peut ainsi compromettre leur carrière productrice, mais aussi la qualité de leurs lapereaux, et donc, les performances en engraissement.

Quatre objectifs clés pour une alimentation adaptée aux jeunes lapines

L’environnement des jeunes lapines (éclairement, ventilation, température, etc.), la conduite de l’élevage (rythme de reproduction, technique d’insémination artificielle (IA), etc.), ainsi que leur santé, ont une incidence forte sur l’état corporel des jeunes femelles, leur fertilité et leur longévité.

Toutefois, l’alimentation va elle aussi jouer un rôle majeur à cet égard. La stratégie alimentaire doit répondre à plusieurs objectifs.

  • Développer le gabarit des lapines : contrairement aux femelles multipares, ces femelles sont encore en croissance et requièrent une alimentation adaptée. Il est donc conseillé de les alimenter à volonté pendant la phase d’engraissement, puis de les rationner sans être trop sévère à partir de l’individualisation. En effet, des essais ont démontré qu’un rationnement trop strict (60% du niveau à volonté) entre 12 et 14 semaines provoquait une augmentation significative des morts nés et de la mortalité entre la naissance et le sevrage. Les apports en protéines, acides aminés, calcium et phosphore conditionnent le développement. Ils doivent donc être suffisants car une carence peut entrainer un ralentissement de la croissance et du développement.
  • Limiter un engraissement excessif : cet état entraînerait une diminution de la fertilité, des difficultés de mise-bas, des risques de surcharges hépatiques, une réduction  de l’ingestion au cours des premiers jours de lactation et un retard dans l’apparition du pic de lactation. Il est donc fortement conseillé de rationner ces femelles après l’individualisation (11 semaines) et d’éviter au contraire l’alimentation à volonté.
  • Accroître leur capacité d’ingestion future : on considère qu’une lapine lors de sa 1ère mise-bas n’est qu’à 60% de sa consommation maximale, qu’elle n’atteindra qu’autour de sa 5ème mise-bas. Le rationnement de ces femelles va entraîner une augmentation de la taille du tube digestif et donc, de leur capacité d’ingestion. Dans le même objectif, il est préférable que l’aliment contienne un niveau de fibres suffisant afin d’assurer une sécurité digestive optimale.
  • Améliorer leur résistance : préparer la future carrière des femelles signifie aussi qu’il faut améliorer leur résistance. L’objectif final étant d’atteindre un taux de persistance (nombre de femelles encore en production) d’au moins 80% à la 3ème IA. Elles ont donc besoin d’apports importants en vitamines et oligo-éléments pour renforcer leurs défenses immunitaires.
     

Comment nourrir les jeunes lapines dans la pratique ?

  • Avant 11 semaines : il est conseillé d’éviter l’aliment maternité. Privilégier un aliment engraissement ou pré-cheptel. Préférer l’alimentation à volonté pour permettre le bon développement du gabarit des lapines.
  • De 11 semaines à 6 jours avant mise-bas : éviter un aliment maternité trop concentré sur les jeunes femelles. Adapter le rationnement à l’aliment utilisé, ainsi qu’aux pesées hebdomadaires. Il est important d’avoir une homogénéité du poids des femelles à l’IA. Le flushing alimentaire autour de l’IA doit se faire avec le même aliment, distribué à volonté.
  • Après 6 jours avant mise-bas : après la mise en place des femelles, distribuer un aliment maternité à volonté comme pour les femelles en production.

Les préconisations concernant la stratégie de préparation des jeunes femelles en élevage cunicole sont susceptibles de varier selon le type d’aliment, l’environnement de l’animal, la souche utilisée, etc. Le Groupe TECHNA a mis au point des solutions (cahier des charges, prémix…) pour vous accompagner dans la recherche de l’ aliment le mieux adapté aux besoins de vos jeunes lapines. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter nos experts !

Notre Offre

KAOLINE®

Améliore le potentiel, les performances et la résistance du cheptel.

  • APPUI FORMULATION

    Optimisation technico-économique des aliments pour animaux. Formulation, cahiers des charges, gestion matricielle et accompagnement de votre développement.

  • APPUI LABORATOIRE

    Analyse des matières premières, additifs, prémix entrant dans la composition des aliments ou rations alimentaires.

  • LOGICIEL LAPIN XXL

    Optimisation technique et économique des programmes alimentaires destinés aux lapins à différents stades de leur vie : maternité, sevrage, engraissement.