Contact

Fabriquer un aliment mash pour les bovins

880 000 tonnes/an, soit 4, 2 % de la fabrication française d’aliments. Voilà ce qu’est devenue cette activité totalement intégrée dans le monde de l’alimentation animale. Le mash est un aliment principalement destiné aux bovins lait et viande. Il est composé de matières non broyées dont les composants sont visibles à l’œil nu, argument sécuritaire pour les  éleveurs. Mais cet avantage peut vite se transformer en inconvénient si on ne prend pas quelques précautions lors de la fabrication et du transport. Quels sont les facteurs de réussite d'un bon aliment mash ?

 

Qu'est-ce qu'un aliment mash ?

Le  mash  est un assemblage de matières premières et de produits semi-finis non broyés contrairement aux aliments standards dosés, broyés, mélangés pour les aliments « farine », granulés pour les autres. Il présente l’intérêt d’une fabrication rapide avec un process simple, donc économique. Toutefois, il est désormais considéré comme un aliment à part entière, soumis à la réglementation en vigueur : les obligations d’étiquetage, le règlement hygiène, avec l’ensemble des obligations usuelles (qualification des procédés, pilotage...).

Le mash est un aliment hybride. Il  a été conçu pour répondre au déficit de confiance qui a frappé les éleveurs après la  crise de l'ESB dans les années 90. Il reflète l'exigence impérative de « voir »  les matières premières destinées à nourrir les animaux d’élevage et d'une plus grande transparence en matière d’étiquetage (liste des matières premières ou catégories des ingrédients).
C'est un aliment présenté sous forme de matières premières en l'état, de produits semi-finis, de CMV et additifs mélangés. Le mash peut contenir une proportion significative de fibres longues (luzerne, foin, paille,...), des céréales transformées (aplaties, laminées, floconnées,…), des noyaux granulés (protéine, énergie,…), de la mélasse (ou produits liquides équivalents), des prémélanges d’additifs…

 

Comment réussir le mash ?

La formulation et la présentation des matières premières sont déterminantes pour rendre le mash homogène, satisfaire l’éleveur et donner envie aux ruminants de l’ingérer. On veillera donc à la précision des dosages et à respecter l’intégrité des ingrédients. Un circuit court de fabrication est une priorité surtout en cas de création d’une ligne de fabrication spécifique. L’ordre de dosage, la pulvérisation de liquides, l’équipement de mélange, les transferts et la capacité de stockage appellent aussi une vigilance accrue.

 

Le mash doit garder son homogénéité.

Tout mash  présente un risque de ''démélange'' du fait d’un spectre granulométrique de ses composants très larges (quelques centaines de microns à quelques centimètres). A cela s’ajoute une importante plage de densités. Le mash supporte mal les chutes dans les cellules de stockage, et un transport avec trop de secousses. Les deux sont très néfastes à un bon coefficient de variation, paramètre imposé du fait que le mash est bien considéré comme un aliment composé. Un contrôle de l’homogénéité doit être régulièrement effectué.


Le Groupe TECHNA vous accompagnera dans la recherche d’une solution de mash adaptée aux besoins de vos clients grâce à sa connaissance des matières premières et de leur traitement (aplatissage, laminage, floconnage…), des techniques de fabrication du mash, des moyens de contrôle et des outils de distribution. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter nos experts !

Notre Offre

APPUI LABORATOIRE

Analyse des matières premières, additifs, prémix entrant dans la composition des aliments ou rations alimentaires.

  • APPUI QUALITE

    Conseil en matière de problématiques réglementaires et qualité, dans l’application de cette réglementation, anticipation des évolutions.