Contact

L’aliment premier âge, un gage de performances au sevrage du porcelet

Le sevrage du porcelet s’accompagne d’un changement d’alimentation. L’animal passe d’une alimentation liquide, le lait de la mère, pourvoyeuse d’énergie sous forme de lactose, à un aliment solide, riche en amidon. La qualité du premier aliment sera déterminante pour les performances des porcelets en post-sevrage mais aussi en engraissement. Comment fabriquer un aliment premier âge qui permettra d’assurer la meilleure transition entre la lactation et l’après-sevrage ?

 

L’impact d’un aliment porcelet premier âge inadapté

Au sevrage, les organes digestifs du porcelet sont peu développés, l’activité enzymatique est faible et adaptée plutôt à la digestion du lactose. D’autre part, le stress lié au sevrage entraîne des baisses de consommation appelées anorexie de post-sevrage.
Pour faciliter la transition, l’aliment post-sevrage devra être doté de diverses propriétés :

  • être très appétant afin de favoriser la consommation ;
  • être digestible afin de prévenir les dérapages au niveau digestif ;
  • stimuler le développement de l’immunité et l’installation d’une flore maîtrisée.

Un aliment de post-sevrage inadapté sera moins bien consommé par le porcelet et mal valorisé. Il est susceptible d’entraîner les effets suivants :

  • des dérapages digestifs, qui se manifestent par des diarrhées et une stagnation de la maturation du système digestif ;
  • un impact au niveau des performances : hétérogénéité, retard de croissance non seulement pendant la phase de post-sevrage mais également pendant la phase d'engraissement avec, à la clé, de lourdes pertes économiques.

 

Quelques conseils pour fabriquer un aliment porcelet bien adapté

La fabrication de cet aliment nécessite donc un savoir-faire et une technologie pointue, maîtrisée par les acteurs de l'alimentation pour jeunes animaux. Ces méthodes  sont souvent perçues comme difficiles à s'approprier. L'aliment porcelet 1er âge peut être considéré en quelque sorte comme une « boîte noire », conçu pour une phase clé mais brève. Ceci explique son coût onéreux et sa fabrication à base de matières premières spécifiques et multiples qui requièrent un stockage supplémentaire approprié en usine.
Une fabrication en toute autonomie est en réalité possible, à condition d’être bien accompagné. Il convient tout d’abord de disposer d’ingrédients de qualité. C’est-à-dire d'un choix de matières premières  nobles, digestibles et saines, sélectionnées pour leur appétance et leur digestibilité.
A cela s’ajoute la qualité du granulé ou de la miette, basée sur les critères suivants :

  • la granulométrie de la farine : une granulométrie fine augmente la digestibilité de l'aliment ;
  • la taille doit être adaptée au jeune animal ;
  • la température de granulation : attention aux températures trop élevées qui altèrent la digestibilité des nutriments. Les matières premières riches en sucre ou en énergie sont à utiliser avec d’autant plus de précautions qu’elles sont sensibles à la chaleur ;
  • la dureté : il est important d’obtenir un granulé tendre mais non friable. Si le granulé est trop dur, le porcelet en consommera moins. Les matières premières riches en sucre ou en énergie nécessitent plus de précaution dans la granulation.

Performances, sécurité, coût, qualité et technicité sont les paramètres majeurs de la fabrication. Les experts du Groupe TECHNA proposent aux fabricants d’aliments un accompagnement personnalisé  afin de leur permettre de concevoir eux-mêmes des aliments porcelets performants, compétitifs et adaptés. L'ensemble des solutions proposées a été validé en station expérimentale et sur le terrain pour garantir appétance, performance et sécurité digestive à vos futurs aliments de sevrage. Contactez nos experts !

Notre Offre

CARTALIM® PORC

Outil de formulation et d’optimisation technique et économique des programmes alimentaires pour porcs.

  • REGANOL®

    Améliore les performances de croissance et renforce la sécurité digestive des aliments porcelets dans un contexte de sevrage blanc.