Contact

Le Plan de Contrôle Transferts Inter-Lots, pour garantir la qualité des aliments pour animaux

Le Plan de Contrôle Transferts Inter-Lots (PCTIL)  a pour objectif d'assurer la sécurité alimentaire d’un élevage et de garantir la conformité des aliments avec les  règlements. Toutefois, il s'agit surtout d'un contrôle a priori, qui ne dispense pas d'une vigilance permanente. Comment ce plan de contrôle permet-il de mieux sécuriser le parcours de fabrication des aliments pour animaux ?

 

On ne parle plus de « contaminations croisées » mais de « transferts inter-lots ». L'expression est moins alarmante mais plus appropriée. En effet,  bien qu’ils soient destinés à des animaux d’âge et d’espèce différents, les aliments pour animaux sont souvent produits sur une seule et même ligne de fabrication. Il arrive alors que certains composants soient transférés d’un lot à l’autre, et par conséquent que  la quantité résiduelle d’un lot se retrouve dans le (ou les) lot(s) suivant(s) ou précédent(s). Il ne s’agit pas à proprement parler de la contamination d’un lot par un autre mais d’une tolérance réglementaire et zootechnique à ne pas dépasser. Cette tolérance est calculée et contrôlée en fonction des espèces qui consommeront les aliments concernés. Les moyens (infrastructures, matériels, etc.) dont disposent actuellement les usines ne peuvent complètement empêcher ces transferts. C’est pourquoi un plan de contrôle doit absolument être mis en place pour tout processus de fabrication.

 

Quatre justifications pour un contrôle PCTIL

À quoi sert ce contrôle ?

  • À garantir la sécurité alimentaire des animaux
  • À mieux respecter la directive 2009/08/CE : cette directive fixe les teneurs maximales en coccidiostatiques dans les aliments espèces non cibles. Elle a été mise à jour avec le règlement 574/2011 de juin 2011
  • À respecter les guides de bonnes pratiques (GBP Aliments annexe 5, GMP...)
  • À maintenir en bon état de fonctionnement des lignes de fabrication

 

Tecaliman, le protocole en vigueur

Le respect d’un protocole précis est nécessaire pour évaluer correctement la quantité résiduelle d’un circuit de fabrication. En France, c’est le protocole Tecaliman, utilisé dans  le Guide des bonnes pratiques Aliments,  qui est préconisé dans ce cadre ( cf. Annexe 4, Règles techniques pour l’évaluation du niveau de contamination croisée entre aliments).  Ce protocole de contrôle s’applique aux conditions des produits les plus couramment fabriqués  (sans forcément chercher les conditions extrêmes). Toutefois, il faut prévoir au préalable la fabrication d’au moins 5 à 6 lots autrement dit, 5 à 6 mélanges à suivre — dont, au moins un lot témoin, deux lots "traceurs" et deux lots "collecteurs" (lots qui récupèrent les quantités du traceur larguées dans  la ligne testée). Si possible, ces lots doivent être de taille identique et constitués du même aliment, ce qui n’est pas toujours facile à planifier.

 

Comment construire son évaluation ?

On peut utiliser le 2ème lot avec le traceur pour évaluer également l’homogénéité de l’aliment fabriqué selon le même protocole. Dans ce cas, quelle taille de lot faut-il utiliser ? Doit-on travailler avec de grands lots incluant le traceur, suivis par de « petits » lots collecteurs, ou l’inverse ? Ou alors les lots doivent-ils avoir une taille identique ? En réalité, il n’y a pas de règles pour que le lot soit le plus représentatif possible. Ce qui est sûr, c’est qu’il s’agit d’évaluer l’aliment fabriqué avant qu’il ne soit distribué aux animaux et que les prélèvements doivent être effectués le plus près possible de la distribution finale de l’aliment, tout en restant dans l’usine d’aliment. Chaque ligne de fabrication doit faire l’objet d’un contrôle PCTIL annuel.

 

Le PCTIL est une évaluation a priori

Le PCTIL est une évaluation à priori, mais il ne garantit pas d’éventuelles non-conformités au regard de la réglementation. Qu’est-ce que cela signifie ? Notamment qu’il ne permettra pas forcément de se prémunir pour ce qui est du risque coccidiostatiques, qui peuvent être considérées comme des substances indésirables (directive 2009/08/CE).

 

Vous souhaitez assurer la qualité de vos aliments et sécuriser votre processus de fabrication ? Qu’il s’agisse de conseils ou de l’aide dans la mise en œuvre de vos PCTIL, nos services Formulation Aliments, Technologie UAB et notre laboratoire sont à même de vous accompagner et de vous recommander des actions correctives en cas d’écarts détectés suite aux résultats obtenus. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter nos experts !

Notre Offre

APPUI LABORATOIRE

Analyse des matières premières, additifs, prémix entrant dans la composition des aliments ou rations alimentaires.

  • APPUI QUALITE

    Conseil en matière de problématiques réglementaires et qualité, dans l’application de cette réglementation, anticipation des évolutions.